Séances de rattrapage films/ César 2020

« Les Fauves » de Vincent Mariette : Ca va être simple, le réal tient son film pendant 20 minutes, après c’est le naufrage. Rien à retenir, à part, Lili-Rose Depp, qui a une vraie présence.

« Celle que vous croyez » de Safy Nebbou : Bon alors, c’est un bon film du dimanche soir, sans vrai intérêt et qui ne mérite pas 15 euros.

Doubles vies d’Olivier Assayas : Intello qui fait chier, c’est raté et ça frôle le ridicule.

Grâce à Dieu de François Ozon : Film au départ qui ne me disait rien, et j’ai passé sans m’y attendre, un très bon moment même si le sujet ne s’y prête pas. C’est un film très intelligent, par sa réalisation brillante : François Ozon a trois regards, trois hommes, trois enfants violés, trois milieux différents, et avec ces trois regards, il dénonce, sans vulgarité et avec une distance : l’horreur. C’est un film  brillamment interprété par Melvil Poupaud et Swann Arlaud, qui est toujours aussi juste.

Un bon film, une belle surprise.

Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma : Je n’ai jamais adhéré au cinéma de Sciamma, à part Tomboy. J’ai regardé celui-ci car il est partout… Tout le cinéma en parle et le met en avant. Alors, oui c’est pas mal, mais franchement, pour moi c’est « La leçon de piano » version cheap…. En revanche, Noémie Merlant est très bien.