dégels de Julia phillips

Ne surtout pas se fier à ce titre, mal à propos et à cette couverture qui ne reflète aucunement l’intériorité du livre. Pour son premier roman, Julia Philipps frappe fort et j’avoue que je suis assez éblouie par le talent de cette auteure.

Elle arrive à mener le suspens d’un roman policier, les premières pages amènent l’intrigue : l’enlèvement deux petites filles, et sous ce prétexte, elle nous plonge dans des tranches de vie de femmes et à la découverte d’une région que je connaissais pas : Le Kamtchatka, une péninsule aux confins de la Russie. Un roman doté d’une écriture puissante et d’une forme originale : un chapitre, une femme. Des chapitres qui semblent distincts les uns des autres, tel un livre de nouvelles et pourtant avec finesse, l’auteure les lie sans que l’on s’en rende compte. C’est brillant et rare dans un roman avec intrigues, d’être bousculée dans son confort de climax.

Un roman captivant à sa lecture, effrayant au récit des premières pages et bouleversant.

Un roman littéraire, construit comme un thriller. Une découverte. A lire

J’ai lu. 379 pages

.