Impurs de David vann

2 David Vann en 4 jours, cela s’appelle de l’exaltation pure !

Sur la quatrième de couverture, il est écrit : « David Vann écrit avec des gants de boxe, on sort de là K-O ». C’est exactement cela : un huis-clos, 5 personnages d’une même famille, des conflits sous-jacents et l’on sent très vite que l’on va assister à un combat d’une extrême violence. J’ai traversé les pages de ce roman, avec avidité, sans possibilité de le lâcher, alors que le récit est d’une noirceur dérangeante, et j’ai souvent été repoussée dans mes retranchements, mais il émane de l’écriture de Vann un magnétisme auquel on ne peut pas échapper. Il fait chaud, très chaud dans ce roman, ça cogne dans tous les sens du terme, ça sent la sueur, la folie, et le drame pointe à chaque page. J’ai été sidérée par les 90 dernières pages. Du grand art !

Je le recommande mais attention ce n’est pas pour tout le monde ! même si lire un David Vann est une vraie expérience littéraire, il bouscule nos pensées rationnelles, et dans ce livre comme sur la couverture, il y va à coups de pelle !!

Immense écrivain, un vrai univers, il prend des risques, il décortique les sentiments jusqu’à l’os, il ose tout, des passages très « hot » dans celui-ci, une écriture percutante et il maîtrise comme personne l’art de nous embarquer dans la folie humaine.

Coup de coeur

Gallmeister. 259 pages