A méditer

Ce qui est formidable avec Jack London, c’est que l’on sort toujours grandi à la fin de ses livres.

Dans cette nouvelle, il dénonce le travail des enfants, et je n’ai pas pu m’empêcher de penser à ces enfants qui travaillent aujourd’hui au Bangladesh, Pakistan,Chine…. pour fabriquer nos vêtements et nos portables.

44 pages. Libertalia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :